Contrôle budgétaire : Une nouvelle occasion manquée !

Avec Catherine Fonck, je prends acte de l’ajustement budgétaire mais déplore son manque d’ambition. En effet, profitant surtout de la légère amélioration de la conjoncture actuelle et de la réévaluation des paramètres des recettes régionales perçues par le fédéral, le gouvernement se limite à colmater certaines brèches, telles que les impayés les plus criants en matière de Justice.

Dans  le  même  temps,  le  gouvernement  ne  se  donne  aucun  moyen  pour rencontrer les objectifs, parfois ambitieux, annoncés par certains Ministres, notamment en matière de Justice, de Police et de lutte contre le terrorisme. Les 135 millions d’euros pour le personnel en matière de sécurité (sûreté de lEtat, police, justice) sont largement insuffisants et ne constituent qu’un modeste sparadrap par rapport aux économies déjà imposées dans ces départements.

De plus, rien n’est prévu en matière de fiscalité : en particulier, le tax shift visant à diminuer le poids de l’impôt sur le travail n’aura pas lieu alors même qu’aux yeux du cdH, il constitue une nécessité absolue pour une économie plus humaine, créatrice d’emplois et qui soutient les petites et moyennes entreprises.

Le groupe cdH s’étonne également que le gouvernement affiche des objectifs plus  ambitieux  en  matière  de  lutte  contre  la  fraude  fiscale  (+100 millions) et sociale (+ 60 millions d’euros) sans annoncer, dans le même temps, des mesures concrètes et des moyens au niveau de la Justice et de l’ISI permettant d’atteindre ces objectifs.

Cet exercice n’accouche donc d’aucune perspective de relance de l’économie et de l’emploi. Ce n’est décidément pas ce contrôle budgétaire qui donnera un souffle à ce gouvernement qui en manque cruellement.

Finances

Les commentaires sont clôturés