Des problèmes informatiques au SPF Finances ? Un solution doit être trouvée rapidement !

Vers la mi-janvier, j'ai interpellé le Ministre des Finances à propos des problèmes informatiques du SPF Finances à Namur. Tout d'abord, effectuons un petit retour en arrière. Le 22 décembre dernier, une centaine d'agents du SPD Finances ont manifesté leur insatisfaction sur l'esplanade de la cité administrative de Namur durant leur pause de midi. Leur message était assez clair : ils ne voulaient pas d'un retour à l'âge de pierre et voulaient travailler avec des outils informatiques, non pas performants, mais - tout simplement - qui fonctionnent. En effet, depuis des années, le réseau informatique du SPF Finances de Namur "bugge". Mais depuis fin octobre et le passage à Office 365, la situation est catastrophique. Alors que tout se fait via le réseau, il ne se passe pas un jour sans que ce système ne tombe en rade ou soit désespérément lent. 

De simples tests ont été réalisés par les agents. Pour copier 191 mégas, un PC affichait qu'il restait 16h de téléchargement. La vitesse de transmission de la bande passante affichée le 26 octobre était de 0,12 Mbps. D'autres tests affichaient 0,07. A notre domicile, les fournisseurs d'internet vous garantissent environ 50 Mbps. Les performances atteintes par la bande passante de la cité administrative de Namur sont comparables à celles du début de l'ère d'internet.  Au Front Office de Namur, bureau de 1ère ligne chargé d'accueillir les contribuables, il n'est pas rare que les clients ne puissent pas trouver des solutions à leurs problèmes tout simplement parce que les agents ne parviennent pas à consulter leurs dossiers fiscaux. Dans d'autres services plus spécialisés, il devient impossible de scanner et de copier informatiquement des comptabilités qui ont été saisies ou d'effectuer des recherches simples sur des applications comme STIR-TVA ou BIZ-TAX. Depuis des semaines, des agents de la cité administrative de Namur interpellent leur service "ICT". Ce service ne leur fournit aucune réponse acceptable. Les seules qu'ils reçoivent sont du style "on connaît le problème mais on ne sait rien faire".

A Namur, le 22 décembre, des fonctionnaires ont tout simplement émis le souhait de travailler dans des conditions dignes du XXIème siècle. C'était leur seule revendication. Il me semble que des fonctionnaires qui manifestent, pendant leur pause de midi, pour travailler plus efficacement, doivent être soutenus et que leurs problèmes de réseau informatique doivent être résolus le plus rapidement possible afin d'offrir un service optimal à nos concitoyens et de lutter contre la fraude fiscale. Mes questions au Ministre des Finances étaient donc simples : 

- Connait-il les causes exactes des problèmes de réseau dans la cité administrative de Namur ?

- Quelles solutions son administration compte-t-elle mettre en oeuvre ?

- Et dans quel délai précis ?

Dans sa réponse, le Ministre a précisé que les agents du SPF Namur ont constaté un ralentissement du réseau et que d'autres sites ont également été touchés en raison d'un ralentissement général dans le renouvellement de l'infrastructure réseau. Le problème en question se situait au niveau de la capacité de la bande passante. Différentes raisons expliquent le problème de réseau dans la cité administrative de Namur : une utilisation plus intensive de la bande-passante en raison de l'utilisation d'applications plus interactives, la généralisation de l'utilisation du cloud et l'augmentation du trafic internet. La quantité des données et les types d'applications ont, en effet, évolué au cours des 10 dernières années.  En 2015, le SPF Finances a conclu un contrat avec Belnet afin qu'il prennent en charge et mette à jour les connections internet dans les différents bureaux. Le SPF Finances a remarqué que des retards substantiels se sont produits. Dans un premier temps, il a limité la bande-passante de certains types de trafics internet comme les vidéos ou les réseaux sociaux. D'autre part, le Ministre affirme que son administration affirme auprès de Belnet afin qu'il accélère la migration vers de nouvelles connections réseaux. Le SPF Finances a également demandé à l'opérateur actuel d'augmenter à très court terme la bande-passante, lorsque c'est possible. Et enfin, au cours du premier trimestre de 2017, le Service ICT installera un serveur local dans les bureaux satellites des 50 Sites les plus importants ce qui permettra de diminuer le trafic sur le réseau.

Je remercie le Ministre pour sa réponse mais tient à retaper sur le clou : dans quel délai précis ces problèmes seront réglés ? Il est primordial que ces agents puissent travailler dans de bonnes conditions, avec des outils qui fonctionnent et ce, afin d'offrir un service efficace et de qualité à nos concitoyens ! 

Les commentaires sont clôturés

×