Le génocide arménien au coeur de l'actualité

Le bureau politique du CDH, réuni ce lundi 1er juin, a exprimé unanimement son total soutien à la décision prise par le Comité de déontologie et le Président de se séparer de Madame ÖZDEMIR. Celle-ci a refusé de reconnaître le génocide arménien, ce qui est contraire aux valeurs défendues par le cdH. La reconnaissance d’un génocide ne supporte pas une attitude ambiguë et réclame une totale clarté.
 

Au CDH, chaque élu, où qu’il siège, est garant des valeurs fondamentales du parti, quelles que soient les sensibilités de la communauté dont il est issu.
La reconnaissance de tous les génocides – notamment le génocide arménien - touche au cœur de nos valeurs, parce que ce crime traduit la volonté de détruire un peuple entier en raison de son appartenance nationale, ethnique ou religieuse. La négation de ce crime pose un danger majeur dans un contexte où des crimes de masse sont en cours.
Cette reconnaissance est un fondement de notre combat politique au même titre que l’ouverture et la tolérance, le respect de l’autre et de ses différences.
L’engagement humaniste est sans ambiguïté.

Les commentaires sont clôturés

×