"L'avenir du climat, de la planète, de l'environnement: c'est votre avenir, les jeunes"

Saint guibert

Depuis plusieurs semaines, le jeudi, de très nombreux jeunes marchent pour le climat dans les rues du pays. Le but étant de faire bouger les choses au niveau des politiques menées en matière de climat et d'environnement. A Gembloux, Zoé, une jeune élève du Collège Saint-Guibert a directement interpellé le député bourgmestre Benoît Dispa pour discuter de la situation. Le rendez-vous était pris ce jeudi au Collège pour en discuter.

D'emblée, la jeune Zoé évoque ses attentes ce cette rencontre avec Benoît Dispa. "Au niveau national, on vous demande de porter notre parole auprès des ministres de l'environnement et de nous faire part des engagements qui y seront pris en climat. Gembloux est une ville importante au niveau environnemental. Au niveau local, nous n'avons pas assez connaissance des différentes actions qui sont menées au sein de la Commune. Nous voudrions nous engager dans des projets collectifs tels que les potagers collectifs, le compostage de déchets ou le recyclage. Vu que cette rencontre se fait au sein de l'école, profitons de l'opportunité qui nous est donnée pour réfléchir ensemble à ce qu'on peut faire au sein de la Commune. J'ai quelques idées qu'on pourrait développer: Un marché couvert pour les agriculteurs, les producteurs et les artisans locaux. Je trouve aussi qu'il n'y a pas assez de poubelles pour le tri sélectif. Je souhaite qu'on puisse mettre en oeuvre des rencontres de ce type ouvertes à tous. Si les jeunes sont l'avenir, le climat l'est aussi". 

51579261 10211004743549261 4207489051382513664 n

Pendant la prise de parole de Zoé, Benoît Dispa acquiesce, avant de réagir devant la trentaine d'élèves présents pour discuter avec lui. "Je tiens d'abord à vous féliciter pour l'intérêt  que vous portez à cette thématique-là. C'est l'avenir du climat, de la planète, de l'environnement et tout simplement votre avenir à vous. Donc, déjà, je tiens à vous féliciter pour ça. Ca fait très longtemps qu'on a pas eu un mouvement aussi positif et motivant au sein de la population et surtout de la jeunesse. Vous avez déjà fait bouger les choses et votre mobilisation fait qu'une série d'acteurs embrayent sur votre démarche. Elle trouve beaucoup d'échos, dans toutes les sphères de la société, au niveau de l'agriculture, de la construction, des entreprises qui veulent entraîner leur production dans cette démarche. C'est une démarche contagieuse qui conscientise l'ensemble des acteurs de la problématique. Le climat, ça concerne tout le monde. On peut être inquiet quand on voit les présidents américain et brésilien qui n'agissent pas dans le sens de la planète" explique d'emblée Benoît Dispa. 

En tant que député-bourgmestre, Benoît Dispa bénéficie d'une vision large du problème et de sa gestion dans les différentes sphères de pouvoir. "Au niveau fédéral, j'ai rencontré, cette semaine, les membres de la coalition climat qui regroupe une septantaine d'associations. Parallèlement, des professeurs d'université se sont rassemblés pour écrire un projet de loi: la loi climat qui est évoquée ce jeudi à la Chambre des Représentants. Il est évident que je vais plaider pour qu'on prenne ce texte en considération pour le faire voter avant la fin de la législature. Ce texte fixe des objectifs au niveau des réductions des gaz à effet de serre, des énergie fossiles, etc. Un 2e élement, c'est la création d'un mécanisme de concertation au sein de la Belgique. Il faut que le Fédéral et les Régions travaillent ensemble. Il faut créer une structure commune".Benoît Dispa entant aussi le discours des jeunes qui ne voient pas assez les actions menées sur le terrain de la Commune. "Au niveau local, il ne faut pas penser que rien n'a été fait à Gembloux. Ca fait, au contraire plusieurs années qu'on met des choses en place. En 2013, j'ai signé la convention des maires. C'est une dynamique qui fait que les bourgmestres acceptent de s'engager pour atteindre les objectifs fixés par l'Union Européenne. Depuis lors, on essaye, à l'échelle local de rentrer dans cette préoccupation. On a mis en place par exemple la POLLEC ​qui est la Politique Locale-Energie-Climat". Benoît Dispa insiste sur l'importance de l'aspect local du problème. "Au niveau local, on peut, on doit agir. Une thématique telle que le climat est un problématique qui dépasse le simple échelon local, qui sont à l'échelle du monde, qui demande une réflexion globale et des actions locales. Il y a d'ailleurs l'expression qui dit "il faut penser globalement et agir localement".

51231825 10211004745149301 8347323790803337216 n

Le député bourgmestre revient sur quelques actions menées à Gembloux.

L'opération Rénov'énergie  "Cette opération a permis de mettre en contact des entreprises avec des particuliers qui voulaient rendre leurs habitations moins énergivores. Au total, les travaux qui ont été réalisés ont permis de rénover plusieurs dizaines de bâtiments grâce à des entreprises locales".

La roselière de Grand Leez. "C'est une zone humide à proximité du bois de Grand-Leez, très intéressante dans le maillage de la biodiversité. Elle est prise en charge par des citoyens avec les services de la Ville et qui fait partie du PCDN (Plan communal de développement de la Nature) via lequel on essaye de louer des partenariat pour avoir des opérations très concrètes pour l'environnement. C'est une action qui a une valeur d'exemple comme des potagers collectifs".

Il y a aussi le projet de la forêt urbaine de Gembloux "portée par l'institut technique horticole de Grand-Manil. "On va voir l'établissement d'une forêt de 2700 plantations différentes sur les anciennes serres de Grand-Manil. L'objectif, c'est que dans 10 ans, on ait l'équivalent d'une forêt centenaire".

Le bourgmestre évoque aussi le cas de la décharge des 7 voleurs "qui en 10 ans, est passée de l'état de dépotoir qu'il a fallu assainir à un écotumulus. Un plan de réhabilitation a été élaboré à cet endroit qui est maintenant un espace vert magnifique, telle une zone naturelle avec le retour d'oiseaux,d'insectes, de plantes, etc..."

D'autres actions sont mises en oeuvre mais il est impossible de toutes les détailler.

"Les jeunes ont un rôle à jouer"

En cours de législature, il y aura aussi l'aménagement de la place de l'Orneau. L'occasion pour Benoît Dispa d'interpeller à son tour directement les élèves présents. "Pour le moment, elle est assez représentative de notre mode de vie. C'est un parking, une terre d'asphalte. On a fait le choix de réfléchir à un aménagement différent. On s'est dit qu'au lieu du tout à la voiture, il pourrait y avoir de la place pour les piétons, pour des arbres, pour des espaces de convivialités. Il risque d'y avoir des réactions négatives puisqu'il y aura moins de places de parking mais avec votre concours, on peut faire comprendre tout l'intérêt d'un tel projet.

Dans les murs du Collège Saint-Guibert, les idées germent comme celle d'organiser un grand salon avec des stands tenus par les élèves sur des thématiques comme la déforestation, l'éco-construction, la mondialisation pour ensuite mener des actions très concrètes dans l'école pour améliorer l'aspect écologique au sein de l'établissement. Une opération qui pourrait rentrer dans l'appel à projet du PCDN.

Benoît Dispa l'encourage en tout cas: "il est évident qu'aujourd'hui, la jeunesse a un vrai rôle à jouer et je ne peux que l'encourager".

local Evénements

Les commentaires sont clôturés