2019, une année clé, celle du renouveau pour le cdH

Thumbnail img 20190116 201902
"2019, au même titre que 2018 sera une année très importante pour le pays". Benoît Lutgen, futur ex-président du cdH annonce d'entrée la couleur lors des vœux des arrondissements de Namur et Dinant-Philippeville, devant de très nombreux sympatisants et entouré par Stéphane Lasseaux, Gauthier de Sauvage, présidents d'Arrondissement et nouveau secrétaire général; Maxime Prévot, député Wallon; Isabelle Moinet, députée Wallonne; Geneviève Lazaron, députée Provinciale; Christophe Bastin, sénateur et Benoît Dispa, député Fédéral.

Car, en marge du côté général des voeux annuels, Benoit Lutgen a pris la décision importante de quitter la présidence du parti, quelques mois à l'avance. "Après 8 ans, j'ai décidé, après réflexion de passer le relais". Le geste posé par Benoît Lutgen n'est pas pris à la légère. "Quand vous avez la chance d'avoir des personnes de talent à vos côtés, il y a deux attitudes possibles. Soit vous les étouffez, vous les écrasez et puis il y a la 2e option: celle de faire en sorte que ces talents continuent de grandir pour rendre service au futur, à l'avenir du cdH. Je n'aurais pas posé ce geste sans répondant".

Benoît Lutgen a rappelé que "le cdH aujourd'hui, c'est 66 bourgmestres, plus de 1000 mandataires communaux". Il a directement interpellé celui qui semble désigné pour lui succéder, le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot. "C'est quelqu'un d'intelligent et de mobilisateur et un chef se doit de fédérer autour de lui. Avec un nouveau président, j'espère qu'on sera encore plus fort. Notre projet ne grandira jamais par la haine, mais par le bonheur de pouvoir faire éclore de belles choses." Benoît Lutgen a été longuement applaudi à la suite de son discours.

L'air ne fait pas la chanson, les sondages ne font pas les élections

Maxime Prévot est candidat à la succession de Benoît Lutgen, ce n'est pas un secret. Le bourgmestre de Namur a rappelé que 2018 a permis au cdH d'enregistrer des victoires importantes dans de nombreuses communes lors des élections du 14 octobre dernier, surtout dans le sud de la Province de Namur. "C'est le cas à Philippeville, à Ciney, à Dinant, à Couvin, à Viroinval et dans bien d'autres communes". Dans les villes telles que Namur, Gembloux, Beauraing, Mettet, le cdH a confirmé sa position de force. "On a de quoi trinquer à 2019 en espérant qu'elle soit comme 2018".  

Maxime Prévot est revenu ensuite sur sa candidature à la tête du parti. "On a pour la première fois un secrétaire général namurois en la personne de Gauthier de Sauvage, de Gembloux, et on pourrait avoir, pour la première fois aussi, un président du parti namurois. J'en serais ravi". Pour rappel, le nouveau président sera désigné le 26 janvier prochain. 

Le bourgmestre de Namur a aussi préfacé les élections du 26 mai prochain.  "Si, comme je le crois, le résultat de 2019 sera meilleur que ce que certains prévoient, ce sera aussi grace au geste que Benoît Lutgen a posé aujourd'hui. Parce qu'il faut du cran pour dire spontanément "je m'en vais". Là où d'autres s'accrochent depuis de longues années, c'est un geste à l'image des grands présidents. Et de conclure: "comme on dit, l'air ne fait pas la chanson, les sondages ne font pas non plus les élections."

Les commentaires sont clôturés

Ligne

   Fb icon 325x325          Enveloppe

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×