Règles d’engagement des militaires dans les rues : toute la clarté doit être faite

Le rapport de la commission d’enquête parlementaire française sur les attentats du 13 novembre 2015 révélait que 8 militaires en armes se trouvaient devant le Bataclan et n’avaient pas pu intervenir car leurs règles d’engagement ne leur permettaient pas. Suite à ces révélations, nous nous sommes inquiétés, ce mercredi en Commission de la Défense, des règles d’engagement s’appliquant pour les militaires belges qui patrouillent dans nos rues.

Le ministre de la Défense a confirmé que les règles d’engagement permettent aux militaires déployés de faire tout ce qui est nécessaire pour assurer la protection des citoyens et des sites, y compris l’usage de leurs armes.

Bien que partiellement rassuré par cette réponse, Georges Dallemagne demande que la commission Défense, prévue à la rentrée du Parlement et qui tirera, à huis-clos, le bilan de l’opération « Vigilant guardian » puisse prendre connaissance de ces règles d’engagement et procède à une évaluation en profondeur de cette mission.

Les commentaires sont clôturés