Mutation complète à terme pour le quartier de la gare

Gembloux quartier de la gare vue b v1 190611Dans une quinzaine d'années, le quartier de la Gare aura profondémment changé. L'illustration présentée ici n'est qu'une esquisse de l'endroit à terme.

Pour Gembloux, la mutation du quartier de la gare sera l’un des enjeux majeurs des prochaines années. Le 19 juin dernier, le Conseil communal avait adopté le projet de Périmètre de Remembrement Urbain (PRU), dont l’objectif est de créer un quartier nouveau sur le site des 15 hectares compris entre le chemin de fer, la Nationale 4 et la Chaussée de Tirlemont. Ce projet ambitieux vient d’être approuvé par le Ministre Carlo Di Antonio.

Il fera bientôt l’objet d’une enquête publique et d’une demande d’avis auprès de la Commission consultative de l’Aménagement du Territoire  et de la Mobilité (CCATM) et du Pôle Environnement de la Région wallonne. Après quoi, le nouveau Ministre du Développement territorial sera appelé à  valider le PRU de manière définitive. Les premières demandes de permis sont attendues dans le courant de l’année 2020.

L'objectif est de faire naître un quartier qui répond aux attentes de tous : il y aura du logement, de l'horeca, des commerces et aussi des espaces publics. À la manœuvre, on retrouve les sociétés Besix et ­Thomas & Piron, qui s'occuperont de la partie située à la Croisée des Champs, alors que Euro­Gembloux s'activera sur l’ancien site d'Euro­fonderie. 

1100 logements pour une estimation de 2500 personnes qui habiteront le quartier. La mixité des logements est prise en considération. Des studios, mais aussi des appartements familiaux émergeront. Le style des batiments n'est pas du tout arrêté. Le but étant d'avoir des constructions à la fois modernes, très performantes sur le plan énergétique et qui se fondent parfaitement dans l'esprit du quartier. Les personnes âgées et les PMR ne seront pas en restent. La fonctionnalité des lieux les inclut en priorité. Et vu que Gembloux veille à favoriser la mobilité douce dans ses nouveaux projets urbanistiques, il est évident que ce nouveau quartier s'inscrira dans cette philosophie : le but n'est pas de supprimer purement et simplement la voiture, mais de lui laisser une place restreinte. C'est là que la présence du parc situé derrière la banque Crelan acquiert un statut particulier. Il deviendra public et sera situé au cœur du projet global. Ainsi, quelque 5 ha seront dédiés aux espaces publics au départ d'un parc public qui sera entouré d'une multitude de voies vertes pour accéder à tous les endroits du quartier. À proximité de la gare, sera aussi créée une place publique, sorte d'esplanade verte où il sera agréable de circuler. 

Le quartier de la Gare est appelé à devenir un quartier vivant, où les riverains profiteront de la proximité de la gare, sans pour autant se sentir dans une cité-dortoir. C'est pourquoi des équipements collectifs verront le jour, tels qu'une école maternelle et primaire, tout comme une crèche, une maison médicale, des commerces et de l'horeca.

Dans 15 à 20 ans, le quartier de la gare tel que nous le connaissons aujourd'hui ne sera plus qu'un lointain souvenir.

Les commentaires sont clôturés

×